]]>

lundi 13 avril 2015

Ce pour quoi je lutte


53 thèmes sont lancés pour 2015 et chaque semaine (du dimanche au dimanche) vous vous l'appropriez et en faites un billet sur votre blog avec la technique qui vous convient (texte, poème, photo, dessin....) Chaque dimanche les participations seront récapitulées sur www.agoaye.com. Cette année, on échange au sein d'un petit réseau sympatoche plein d'enthousiasme et de convivialité.

#16 Ce pour quoi je lutte

Le militantisme n'a jamais fait partie de ma vie. Même si je ne suis pas systématiquement un mouton, je n'ai pour autant jamais eu une âme de leader ou d'agitatrice. Je ne lutte pour aucune cause au sein d'association ou de mouvement politique. Ca demande une grande disponibilité et implication que je ne suis pas prête à investir. Peut-être un jour, qui sait?
Ma lutte, ou plutôt mes luttes sont plutôt d'ordre personnel. Je lutte contre certains traits de mon caractère, contre certains démons de ma personnalité : procrastination, auto-dévalorisation, nostalgie, pessimisme entre autres. Je lutte contre cette petite voix intérieure trop souvent malveillante à mon égard. C'est un combat de tous les jours. 
Je lutte donc pour être plus sereine, confiante en l'avenir, en moi. Je lutte pour voir la vie du bon côté. C'est une lutte qui ne cessera jamais, je le crains.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 10 avril 2015

Ce jour là j'ai pleuré de joie


53 thèmes sont lancés pour 2015 et chaque semaine (du dimanche au dimanche) vous vous l'appropriez et en faites un billet sur votre blog avec la technique qui vous convient (texte, poème, photo, dessin....) Chaque dimanche les participations seront récapitulées sur www.agoaye.com. Cette année, on échange au sein d'un petit réseau sympatoche plein d'enthousiasme et de convivialité.

#15 Ce jour là j'ai pleuré de joie

Comme Nathalie, en me lançant dans cette aventure, je n'ai pas l'intention d'inventer des histoires pour répondre aux challenges hebdomadaires d'Agoaye. Même si je peux parfois avoir une imagination débordante, je ne suis pas douée pour la narration. Imaginer des romances, des situations cocasses j'en suis capable, mais rendre le fruit de mes divagations captivantes est devenu impossible.
Alors oui, il m'arrive de pleurer pour exprimer la compassion, la tristesse, le désarroi, devant un film ou pour évacuer un trop plein d'émotions, mais pleurer de joie, je n'en ai pas souvenir. J'ai bien dû déjà verser quelques larmes dans un moment d'intimité avec mon amoureux, mais ressentir la joie au point d'en pleurer non. Je saute de joie, je ris aux éclats, je partage ma joie avec d'autres en les étreignant.
Le jour où je pleurerai de joie n'est encore jamais survenu, mais j'espère le vivre au moins une fois dans ma vie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 9 avril 2015

C'est l'histoire d'une petite fille


53 thèmes sont lancés pour 2015 et chaque semaine (du dimanche au dimanche) vous vous l'appropriez et en faites un billet sur votre blog avec la technique qui vous convient (texte, poème, photo, dessin....) Chaque dimanche les participations seront récapitulées sur www.agoaye.com. Cette année, on échange au sein d'un petit réseau sympatoche plein d'enthousiasme et de convivialité.

#14 C'est l'histoire d'une petite fille

C'est l'histoire d'une petite fille à qui on a appris les bonnes manières, la politesse, le respect envers les autres, la nature. Elle finissait toujours son assiette, jetait toujours ses emballage de Solpak ou de sorbet banane à la poubelle, se couchait tôt. Sage effacée à l'école, elle recevait rarement des punitions. Rares étaient les fois où elle se comportait en véritable petite peste envers sa soeur de deux ans sa cadette.
Cette petite fille avait toujours suivi et jugé toutes ces valeurs comme de strictes injonctions et des interdictions. Son jeune âge et sa naïveté l'empêchaient de découvrir les tenants et aboutissants de toutes ces règles.
Quelques dizaines d'années plus tard, au détour d'une énième divagation sur la toile, au-delà du respect de la nature et des autres, elle comprit enfin les raisons d'être de ces règles. De fil en aiguille, elle tomba sur le zéro-déchet et la simplicité volontaire.
Cette petite fille ne se doutait pas qu'un jour elle serait autant intéressée par l'écologie. Les préjugés ayant plus que jamais la vie dure, elle avait toujours gardé en tête l'image de l'écologiste hippie réactionnaire, sévissant dans l'illégalité.
Malgré les difficultés au quotidien qu'implique une démarche minimaliste, elle reste plus que jamais attachée aux valeurs qu'elle a toujours suivies.

Rendez-vous sur Hellocoton !